CLAUDE BÉDARD, trad. a.
Publications professionnelles

Tout au long d’un parcours professionnel fertile en événements et en réflexions, j’ai toujours été animé par la passion de comprendre et d’expliquer.

J’ai eu la chance d’approfondir deux domaines passionnants : la traduction technique et la traduction assistée par ordinateur. Deux domaines qui m'ont poussé à extraire de mon expérience pratique des points de repère.

À une époque où la réflexion sur la partie «métier» de notre profession n’occupe plus autant de place que jadis, j’ai voulu contribuer à revitaliser cette réflexion en réunissant ici mes principales idées et les publications qui m’ont permis de les exprimer tout au long de mon parcours intellectuel.

Claude Bédard (claude@bedardtraducteur.ca)        
TRADUCTION
TECHNIQUE


TRADUCTION
ASSISTÉE PAR
ORDINATEUR


PUBLICATIONS
RÉCENTES

AUTRES SITES D’INTÉRÊT :
Magistrad
Anglocom
François Abraham
Linguatech Éditeur
Publications récentes

En 2014, le traducteur se trouve à mi-distance d’un parcours qui commence à l’ère déjà lointaine de la machine à écrire et des références imprimées, et qui nous mène vers des lendemains qui peuvent laisser perplexe tout traducteur formé à «l’art de traduire».

À partir d’un présent caractérisé par le tout-numérique, le monde de demain s’annonce marqué par l’usage généralisé des «environnements de traduction» – logiciels qui servent notamment à gérer la sous-traitance – et par le recours croissant à la traduction automatique comme «aide à la traduction». Déjà, le traducteur d’aujourd’hui se ressent des nouveaux outils de productivité et d’information dont il dispose, et dont il ne voudrait plus se passer – avec raison. Mais il doit reconnaître que sa compétence, qu’il le veuille ou non, est partiellement externalisée et réside désormais dans ces outils.

L’évolution à venir promet un recours accru au recyclage de traductions antérieures, tant au moyen des mémoires de traduction que par le truchement des nouveaux systèmes de traduction automatique statistiques. À tel point qu’on peut se demander si, en dehors de niches particulières, il y aura de la place pour le traducteur totalement maître de son œuvre, agissant de façon spontanée plutôt qu’en réaction à des suggestions d’outils informatique.

Une réflexion «civilisationnelle» à laquelle nous convie cet article :

Le traducteur de demain... et son chien (Circuit, n° 122, printemps 2014) [version PDF]
© 2014 Claude Bédard. Les articles réunis sur ce site peuvent être utilisés et reproduits librement, à condition d’en citer la source.